Vernissage de l’exposition « A l’Est, la guerre sans fin, 1918-1923 » Résidence, le 16 avril 2019 à 12h30 [pl]

Messieurs les Ministres

Mesdames et messieurs les parlementaires,

Mesdames et messieurs les directeurs,

Monsieur le Directeur de l’Institut français de Pologne,

Mesdames et Messieurs,

Je souhaite avant tout partager mon émotion avec vous après la tragédie de Notre Dame et exprimer ma reconnaissance pour les très nombreux messages polonais de solidarité officiels et privés. Comme le montrent ces réactions, c’est notre histoire, notre culture et notre patrimoine commun qui est blessé.

Je vous accueille aujourd’hui avec plaisir pour l’inauguration de la troisième exposition produite par l’Institut français de Pologne consacrée aux commémorations du centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale et du recouvrement de l’indépendance de la Pologne. Ces expositions, présentées à Varsovie puis dans plusieurs villes de province, ont été réalisées avec le soutien de la Mission française du centenaire de la Première Guerre mondiale.

Après les photographies de l’Armée bleue du général Haller et l’exposition sur l’amitié franco-polonaise dans le recouvrement de l’Indépendance de la Pologne, ce troisième volet est consacré à l’Europe centrale et orientale dans les années qui suivi l’armistice. Intitulée « A l’Est, la guerre sans fin. 1918-1923 », elle est tirée de celle présentée au musée de l’Armée à Paris où elle a eu beaucoup de succès. Son ambition est de rapprocher les deux mémoires historiques européennes : pour l’Ouest en effet, la guerre s’arrête à l’armistice, alors que pour l’Est, ce sont cinq années de conflits, de violences et de tensions, - guerres inter étatiques, guerres civiles, révolutions, pogroms, déplacements de populations -, qui accompagnent la mise en œuvre des traités de paix et la naissance de nouvelles frontières et de nouveaux Etats, sur les décombres des Empires.

Cette exposition présente aussi le rôle de la France qui œuvre en faveur de la stabilité dans toute la région, de la Pologne bien sûr dont elle a accompagné la renaissance jusqu’aux Balkans.

Et si je vous ai réunis aujourd’hui, c’est aussi pour marquer une date particulière dans notre histoire commune, puisqu’il y a cent ans, le 4 avril 1919, mon lointain prédécesseur, Eugène Pralon, remettait ses lettres de créances à Jozef Pilsudski, marquant ainsi symboliquement le retour de la Pologne sur la carte de l’Europe après 123 ans. Il bon de revenir à ces moments forts de notre histoire partagée afin d’y puiser l’énergie pour construire ensemble l’Europe de demain.

La renaissance de la Pologne a été ardemment voulue et soutenue par un homme, George Clemenceau. Aussi c’est avec grand plaisir que j’accueille parmi nous aujourd’hui à la Résidence de France M. Jean-Noël Jeanneney, historien, ancien ministre, qui nous fait l’honneur de sa visite à l’occasion de la sortie en polonais de son ouvrage « Clemenceau, dernières nouvelles du Tigre ».

Mesdames et Messieurs,

Je vous invite maintenant à découvrir notre exposition sur les grilles de l’ambassade.

Dernière modification : 18/04/2019

Haut de page