Soirée française de Krynica – 5 septembre 2012

Intervention de l’Ambassadeur

Monsieur le Président,
Madame la Directrice générale,
Monsieur le Consul Général,
Mesdames, Messieurs,

Je suis heureux de vous accueillir ce soir à l’occasion de cette première soirée française à Krynica, lors de ce forum qui réunit pour la vingt-deuxième fois un nombre toujours plus importants des personnalités les plus influentes de la vie politique et économique de l’Europe centrale et orientale.

Je tiens naturellement à remercier en tout premier lieu les responsables à l’origine de cette excellente initiative qui permet de réunir ici des personnalités particulièrement importantes de la vie politique et du monde des affaires, ainsi que les entreprises françaises déjà présentes dans cette région du monde ou intéressées pour y venir et développer des courants d’affaires.

Comme vous le savez sans doute, J’attache beaucoup d’importance aux questions économiques et cette initiative de la Chambre de Commerce et d’Industrie Française en Pologne mérite d’être saluée. La CCIFP a effectué un travail conséquent depuis sa création en 1994 pour promouvoir nos échanges économiques et elle est, à mes yeux, un acteur majeur du développement de nos relations bilatérales, forte des 330 sociétés françaises et polonaises qu’elle regroupe.

Ce dynamisme sera particulièrement utile à un moment où la France doit absolument se remobiliser pour regagner des parts de marchés à l’exportation et la zone de couverture de ce forum de Krynica n’y fait bien sûr pas exception, bien au contraire. Lors de la Conférence des Ambassadeurs à laquelle j’ai participé la semaine dernière à Paris, l’accent a été particulièrement mis sur la diplomatie économique. L’ensemble de nos forces diplomatiques vont être à juste titre sollicitées pour remplir l’objectif fixé par notre Premier ministre d’un retour à l’équilibre de notre balance commerciale hors énergie. Cet objectif ambitieux ne pourra bien évidemment être rempli sans le concours de tous, et en tout premier lieu des entreprises françaises, qu’il s’agisse des grands groupes, dont beaucoup sont représentés ici ce soir, ou bien des entreprises de petite ou moyenne taille.

S’agissant plus particulièrement de la relation entre la France et la Pologne, et je tiens à saluer ici la présence de hauts représentants du pays hôte de cette manifestation, elle n’apparait clairement pas à la hauteur de son potentiel alors même que la relation avec la Pologne a une portée stratégique pour la France. La taille de son économie, la huitième de l’Union européenne par le PIB, le bénéfice qu’elle a tiré et qu’elle escompte tirer de son engagement européen font à l’évidence de la Pologne un partenaire de premier plan pour notre pays. Dans beaucoup de domaines, le transport ferroviaire et routier, celui de l’énergie, de la gestion de l’eau, des services aux collectivités locales, les entreprises françaises sont parmi les meilleures du monde et ont un rôle essentiel à jouer dans les projets qui sont en cours. Tel doit être aussi le cas pour les domaines d’avenir, à fort potentiel. Je pense en particulier aux secteurs de pointe, comme l’aéronautique et l’espace, les technologies de l’information ou l’innovation énergétique.

Malgré tout, nous disposons ici d’un socle solide puisque la Pologne est notre principal partenaire en Europe centrale. Nos exportations vers ce pays ont augmenté de 11,5% en 2011 et s’élèvent à 6,7 Milliards EUR. Nos importations en provenance de Pologne ont certes progressé sur un rythme un peu moins rapide, +10,4%. Mais elles ont atteint 7,7 Milliards EUR en 2011, ce qui signifie un déficit commercial de la France avec la Pologne de 1 Md EUR, soit un niveau à peu près équivalent à celui de 2010. La France est le cinquième fournisseur de la Pologne et le quatrième client de ce pays.

Elle est aussi l’un des tout premiers investisseurs étrangers, avec près de 800 filiales d’entreprises françaises installées ici. Le potentiel est donc là et la volonté de la Pologne de développer ses infrastructures et ses services publics devrait pouvoir encore renforcer nos liens industriels. Je souhaite donc vivement que, sur le socle existant qui font des entreprises françaises déjà présentes en Pologne des partenaires fiables, de long terme et désireuses de contribuer pleinement au développement économique de la Pologne, la France puisse mieux profiter des opportunités d’affaires qui se présentent. Pour cela, une amélioration de la coopération qui existe déjà entre tous les acteurs français de l’exportation est nécessaire car, comme vous le savez, l’exportation de nos sociétés françaises est une question de compétitivité, de financements, d’innovation, mais c’est aussi une question d’état d’esprit.

Une bonne illustration de cet état d’esprit en Pologne est certainement cette présence française au Forum économique de Krynica, dont je sais que les trois dernières éditions ont été couronnées d’un succès croissant et remarqué.

Je forme donc des vœux pour que cette nouvelle édition du Forum connaisse une réussite encore plus marquée que les précédentes et que cette soirée française, qui complète fort opportunément le célèbre « Café France » où tous les participants peuvent se retrouver de manière conviviale entre les différents évènements et panels de discussion, soit l’occasion de rencontres professionnelles à même de se concrétiser ultérieurement par des relations d’affaires effectives, et amplifier ainsi des relations commerciales bilatérales et régionales de bon niveau, mais encore insuffisantes.

Je vous remercie.

Dernière modification : 19/09/2012

Haut de page