Remise des insignes de chevalier de l’Ordre national de la Légion d’Honneur à M. Marcin Korolec le 4 décembre 2017. [pl]

Remise des insignes de chevalier de l’Ordre national de la Légion d’Honneur à M. Marcin Korolec le 4 décembre 2017.

Monsieur le Ministre,
Mesdames et Messieurs,

J’ai un grand plaisir à vous accueillir à la résidence de France, cher Marcin Korolec, entouré de votre famille et de vos amis. Nous sommes réunis aujourd’hui pour vous honorer.

La France a choisi de vous distinguer dans l’Ordre national de la Légion d’honneur. Son ordre national le plus prestigieux a été institué par Napoléon Bonaparte en 1802. Cette distinction récompense les mérites de personnalités ayant œuvré de façon exemplaire au rayonnement de la France et des valeurs qu’elle défend et promeut dans le monde.

Dans votre cas, cette distinction aspire aussi, au-delà de vos mérites personnels, de vos liens avec la France et de votre contribution au renforcement des relations franco-polonaises, à rendre hommage à un engagement encore plus grand pour une cause qui nous dépasse, le combat de notre génération et je l’espère des suivantes, celui de la lutte contre le changement climatique et plus généralement le développement durable.

Avant de vous remettre vos insignes, j’évoquerai comme le veut la tradition, les raisons qui vous valent d’être ainsi distingué par la France.

Monsieur le Ministre, cher Marcin Korolec,

Né à Varsovie en 1968, vous êtes titulaire d’un diplôme de la faculté d’histoire et un diplôme de la faculté de droit et d’administration de l’Université de Varsovie. Au moment où la Pologne recouvrait la liberté après la chute du communisme, et entamait son retour dans la famille européenne, vous commenciez votre carrière d’avocat. Vous avez très tôt mis vos compétences au service de votre pays en travaillant au département juridique et des traités du MSZ alors que le processus d’adhésion à l’Union européenne débutait.

Je reconnais déjà là votre sens de l’histoire qui déterminera ensuite votre engagement dans la cause environnementale. Ce parcours vous conduira en France sur les bancs de notre Ecole Nationale d’Administration entre 1995 et 1997, Ecole qui accueille au sein de chaque promotion des élèves étrangers. Vous appartenez à la promotion « Marc Bloch », cet immense historien, ce grand patriote, assassiné par les Nazis parce que résistant et juif. Marc Bloch, un de mes héros.

Les qualités de ce brillant parcours universitaire ont été vite reconnues et repérées par les responsables politiques alors en charge de la négociation d’adhésion. Je pense à Jan Kuƚakowski et Danuta Hübner avec qui vous avez travaillé et résolu les délicates questions juridiques qui émaillaient la transition politique polonaise vers une économie de marché. Après 10 ans d’efforts, - période courte à l’échelle de l’histoire -, 2004 marqua l’entrée dans l’Union, et la formidable réussite polonaise que l’on connait.

Le temps des responsabilités n’a alors pas tardé à venir : sous-Secrétaire d’Etat au ministère de l’Economie, vous avez contribué à des décisions qui allaient mener la Pologne sur un chemin de croissance sans précédent. Ce chemin a amorcé le processus historique de convergence économique, donnant du corps, donnant du cœur, à la réunification politique du continent européen qui venait de se réaliser. A la lumière de mon parcours professionnel dans les affaires européennes, croyez bien que je mesure avec admiration le parcours de la Pologne et aussi avec de la fierté pour y avoir contribué, aux responsabilités qui ont été les miennes.

Votre parcours traduit la préoccupation permanente que vous avez entretenue quant aux finalités du développement économique avec toujours le même sens de l’Histoire que j’évoquais tout à l’heure. La croissance économique polonaise portait avec elle les questions toujours plus sensibles de ses coûts sociaux et environnementaux mais aussi des risques climatiques. Conscient de l’urgence écologique, vous avez accepté la charge de ministre de l’Environnement au sein du Gouvernement de Donald Tusk, vous avez été nommé plénipotentiaire pour les négociations climatiques et avez présidé la COP 19 à Varsovie en novembre 2013 dans des circonstances difficiles. Elle fut décisive pour la suite. La volonté de conclure en 2015 un accord universel sur le climat fut confirmée. Ce sera l’Accord de Paris à la COP 21.

Vous êtes un acteur de premier plan, défendant les intérêts de la Pologne, avec ses préoccupations légitimes en termes de compétitivité et de sécurité énergétique, mais aussi avec la vision de ses intérêts bien compris en regardant au-delà de l’horizon. Et je peux témoigner pour avoir suivi ces questions dans mes fonctions précédentes et vous avoir croisé, que votre talent de négociateur est connu : laisser monter la tension, jouer la montre, être à l’écoute des positions des autres, le tout avec une grande expertise sur le fond. J’en parlais, il y a quelques jours, avec Laurence Tubiana.

Aujourd’hui, votre action en faveur du développement de l’électromobilité en Pologne montre combien vous conjuguez vos convictions avec les enjeux aussi bien industriels, énergétiques que quotidiens d’un programme clef de la révolution verte.

Inspiré par l’horizon universel de vos convictions, votre parcours est aussi celui d’un homme aux qualités personnelles qui sont aussi celles d’un père de famille. Parlant français parfaitement, vous parlez aussi le langage de l’amitié que vous cultivez aujourd’hui en animant la coopération franco-polonaise. Nous gardons la mémoire de l’écoute, du soutien que vous nous avez apporté lorsque certains dossiers bilatéraux devenaient épineux. Vous restez le précieux interlocuteur de notre ambassade sur les enjeux environnementaux.

Vous avez toujours fait preuve de disponibilité et cultivé cette relation de confiance dont nous avons besoin.

Nous en aurons encore plus besoin dans les années à venir. Il y a urgence à agir. Dans la perspective de la COP 24 à Katowice, la conscience des responsabilités que nous prenons vis-à-vis des générations futures nous prescrit un impératif de réussite et je le dis solennellement devant tous ces enfants qui sont devant nous aujourd’hui car nous travaillons pour leur futur. Ce rendez-vous a une importance majeure car il s’agira d’adopter les règles d’application de l’accord de Paris. Il faut préserver l’élan politique qui lui a donné naissance, en consolidant une confiance mutuelle pour surpasser les tentations de réduire les ambitions ou de se retirer. Il faut porter le message que nous agissons pour notre intérêt, avec les gisements de croissance de l’économie verte, et le bien-être de nos peuples. Ce sont des femmes et des hommes de votre trempe qui porteront cet avenir. Je sais que nous pouvons continuer de compter sur vous et ceux que vous inspirez par votre exemple.

Pour toutes ces raisons, la France honore aujourd’hui vos éminents mérites.

Sachez que j’éprouve un plaisir particulier à être aujourd’hui devant vous à cette belle cérémonie : l’amitié franco-polonaise, Marc Bloch, la cause européenne, le développement durable, autant d’éléments qui nous rapprochent.

« Marcin Korolec, au nom du Président de la République, nous vous remettons les insignes de chevalier de l’Ordre national de la Légion d’Honneur. »

Dernière modification : 05/12/2017

Haut de page