La France dans l’OTAN [pl]

I - LA FRANCE ET L’OTAN AUJOURD’HUI

Lors du sommet de Newport (Pays de Galles) de 2014, la France et ses partenaires de l’Alliance se sont engagés à consacrer au minimum 2% de leur produit intérieur brut à la défense et au moins 20% de leur budget de défense aux équipements, au plus tard dans les dix ans à venir.

A l’issue du sommet de Varsovie (Pologne) de 2016, le feu vert a été donné pour le déploiement de quatre bataillons multinationaux dans les pays baltes et en Pologne dès 2017. La France participe à ce déploiement dès 2017 en Estonie et en 2018 en Lituanie. Cette unité blindée interarmes de 300 hommes sera équipée de 17 véhicules blindés de combat et de 5 chars Leclerc.

Le 28 août 2016, quatre chasseurs Mirage 2000-5 en provenance de la base de Luxeuil ont atterri sur celle de Siauliai (Lituanie) dans le cadre de l’opération Baltic Air Policing 2016. Cette mission de police du ciel et d’assistance aérienne aux pays baltes se déroule sous le contrôle de l’OTAN et le commandement du chef d’état-major des armées.

En savoir plus : http://www.defense.gouv.fr/operations/autres-operations/otan/otan-engagement-francais-dans-l-operation-baltic-air-policing

La France déploie également de façon régulière des troupes au titre des mesures de réassurance des Alliés au profit de la Pologne :

• 2015 : déploiement d’un sous-groupement tactique interarmes blindé (chars Leclerc) à Drawsko-Pomorskie

JPEG - 47 ko
Source : defense.gouv.fr

• 2014 : déploiement de quatre avions de chasse de type Rafale et Mirage et d’une centaine de militaires sur la base de Malbork

JPEG - 39.3 ko
Source : defense.gouv.fr

• 2013 : 1 300 militaires lors de l’exercice Steadfast Jazz

JPEG - 212.2 ko
Source : Représentation permanente de la France auprès de l’OTAN

Enfin, la France dispose d’une présence permanente en Pologne avec ses deux officiers affectés au Corps multinational Nord-Est de Szczecin et vingt militaires au centre d’entraînement interarmées de l’OTAN à Bydgoszcz.

II – La France dans l’OTAN en chiffres

En 2015, la France se plaçait en 3e position parmi les Etats membres de l’OTAN en termes de dépenses totales de défense et de dépenses d’équipement.

Dépenses de défense (en milliards de dollars) Dépenses de défense (en pourcentage du PIB) Dépenses d’équipement (en milliards de dollars) Dépenses d’équipement (en pourcentage des dépenses de défense)
2016 49,9 (estimation) 1,78 12,2 24,5
2015 49,6 1,80 12,4 25

Source : OTAN

III - HISTORIQUE DE LA FRANCE DANS L’OTAN

La France fait partie, aux côtés des Etats-Unis, du Canada, du Royaume-Uni, de l’Italie, de la Belgique, des Pays-Bas, du Luxembourg, de l’Islande, du Danemark, de la Norvège et du Portugal, des premiers Etats membres du traité de l’Atlantique nord signé à Washington le 4 avril 1949. C’est ce traité qui est à l’origine de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN).

Jusqu’en 1966, la France accueille le « Grand quartier général des puissances alliées en Europe » (SHAPE) à Rocquencourt, dans les Yvelines, tandis que l’administration s’installe d’abord au palais de Chaillot avant d’être établi à Dauphine à Paris.

Suite au refus persistant des Etats-Unis et du Royaume-Uni de répondre aux demandes du président de la République Charles de Gaulle, qui prônait depuis 1958 une direction tripartite de l’Alliance, la France se retire en 1966 du commandement militaire intégré sans pour autant remettre en cause son engagement dans la défense collective. Dans les épisodes de tension de la guerre froide comme la crise des euromissiles au début des années 1980, la France fera d’ailleurs la preuve de sa solidarité sans faille à l’égard des Alliés, dont la République fédérale d’Allemagne.

Une fois la guerre froide terminée, la France réintègre progressivement à partir des années 1990 les structures dont elle s’était tenue à l’écart. Tout en étant à l’initiative d’une plus grande intégration européenne dans le domaine de la défense, en particulier dans le cadre de la politique de sécurité et de défense commune, la France démontre ainsi qu’elle n’oppose pas défense européenne et Alliance atlantique.
Cette tendance conduit en 2009 à la réintégration de la France au commandement intégré de l’OTAN, officialisée lors du sommet de Strasbourg-Kehl qui célèbre le 70e anniversaire de l’Alliance.

La France assure aussi le commandement suprême allié chargé de la transformation de l’OTAN (Norfolk, Etats-Unis) ainsi que le commandement interarmées (Lisbonne, Portugal). Le nombre total de militaires français dans les structures de l’Alliance doit à terme grimper à près de 1 000.

Toutefois, le retour de France dans le commandement intégré de l’OTAN ne fait pas obstacle au respect de trois principes clés : la complète indépendance des forces nucléaires, la liberté d’appréciation des autorités françaises et leur liberté de décision d’engagement des forces françaises.

DEPLOIEMENTS FRANÇAIS RECENTS :

- 2011 : opération « protecteur unifié » (Libye)
- 2003-2012 : FIAS (Afghanistan ; engagement français dès 2001 dans le pays)
- 1999-2014 : campagne aérienne au Kosovo puis KFOR
- 1993-2004 : IFOR puis SFOR (Bosnie)

En savoir plus : http://www.rpfrance-otan.org/La-France-et-l-OTAN-1177

Dernière modification : 02/06/2017

Haut de page