Energie nucléaire : signature des accors de coopération entre l’I2EN et l’Ecole polytechnique de Varsovie et l’Université de Varsovie [pl]

Varsovie, le 28 avril 2022.

Messieurs les recteurs,
Mesdames et messieurs les professeurs,
Madame la directrice de l’I2EN,

Je suis ravi de vous accueillir à la résidence de France pour la signature des protocoles d’accord entre vos institutions.

Au début, je voudrais rappeler que le développement de l’autonomie stratégique de l’Europe est l’un des axes majeurs de la présidence française du Conseil de l’Union européenne – la construction de cette autonomie stratégique européenne a aussi lieu dans le secteur d’énergie et la guerre en Ukraine n’a pas changé cette direction, au contraire, elle a accéléré ce processus.

Il s’avère que dans le domaine de l’énergie, l’autonomie stratégique commence par une réduction de nos dépendances aux importations extérieures en énergie. Comme je l’ai déjà dit, la guerre en Ukraine met plus que jamais en exergue la dépendance de notre continent aux hydrocarbures étrangers et plus particulièrement russes. Dans ce contexte, le nucléaire est un outil indispensable pour atteindre l’indépendance énergétique et nos objectifs de décarbonation.

Au même temps, je tiens à rappeler que le Président français a ainsi annoncé en début de cette année son souhait de construire 6 (+8) nouveaux réacteurs EPR sur le sol français. Son mandat, pour lequel il vient d’être reconduit, permettra maintenant de poser les premières pierres de ce projet, alors même que la Pologne s’engage également dans un programme de construction de centrales nucléaires.

A ce titre je veux rappeler ici la France est prête de devenir le partenaire stratégique de la Pologne pour son programme nucléaire. La cérémonie d’aujourd’hui s’inscrit justement dans le cadre de l’offre globale que fait la France à la Pologne et du partenariat stratégique plus général entre les deux pays. Je voudrais souligner que cette offre comporte deux éléments :
-  L’offre basée sur la technologie EPR portée par EDF, qui est soutenue financièrement par l’Etat français et qui repose sur de nombreux acteurs du nucléaire français dont nous pouvons citer par exemple Orano, une société qui fournit le combustible, Framatome pour les gros composants des réacteurs, Assystem pour l’ingénierie ou encore le Commissariat à l’Energie atomique pour la recherche et la coopération scientifiques.
-  Le deuxième aspect de cette offre en termes de formation dont l’objectif est de coopérer avec la Pologne pour la montée en compétences des experts qui seront impliqués dans le projet. Nous souhaitons ainsi mettre à la disposition de la Pologne tout le savoir-faire que possède la France afin de l’aider à développer son écosystème nucléaire.

Je ne peux d’ailleurs que souligner les bénéfices que pourrait apporter une synergie entre les projets français et polonais, à commencer par l’utilisation d’une même technologie de réacteur, puis les retombées économiques pour les entreprises polonaises et françaises, sans oublier le partage et l’échange de connaissances et surtout de savoir-faire, la formation de main d’œuvre qualifiée. Ce sont les clefs des succès de projets majeurs tels que les constructions de centrales nucléaires. Le séminaire organisé par l’Institut international de l’énergie nucléaire (I2EN) il n’y a pas longtemps a ainsi été l’occasion de présenter à la Pologne les avantages que nos deux pays pourraient tirer à développer leurs coopérations académiques. Et je suis très content que cette coopération va dans la bonne direction.

En prenant tout cela en compte, j’ai l’honneur d’ouvrir aujourd’hui cette cérémonie qui va voir la signature d’accords de coopération (MoU) entre l’I2EN et des universités polonaises, la Polytechnique de Varsovie et l’Université de Varsovie, dont les cursus en matière nucléaire sont très reconnus. Merci pour votre confiance.

Je suis convaincu que ces accords permettent d’approfondir encore la coopération bilatérale dans le nucléaire. Je tiens également à dire que les étudiants polonais intéressés par le nucléaire sont les bienvenus en France, que ce soit pour étudier, réaliser des stages et des alternances dans les entreprises du secteur ou encore pour participer à des formations sur des installations nucléaires. Nous les attendons et les portes de nos instituts sont toujours ouvertes. Je suis convaincu que cet investissement dans la formations apportera des bénéfices très bientôt.

Je vais maintenant laisser la parole à Karen Daifuku, directrice de l’I2EN.

Dernière modification : 28/04/2022

Haut de page