Discours prononcé à l’occasion de la remise des insignes de la Légion d’Honneur à M. Paweł Adamowicz, président de la Ville de Gdańsk (28 septembre 2012) [pl]

Remise des insignes
de chevalier dans l’Ordre de la Légion d’Honneur
à M. Paweł Adamowicz, président de la Ville de Gdańsk

(Sopot, le 28 septembre 2012)

Monsieur le voïvode,
Monsieur le président,
Mesdames et Messieurs, chers amis,

C’est pour moi un plaisir et un honneur de pouvoir remettre aujourd’hui au Président de la Ville de Gdańsk, M. Paweł Adamowicz, les insignes de chevalier de la Légion d’Honneur.
L’ordre de la Légion d’honneur a été créé en 1802 par Napoléon Bonaparte. Depuis cette date, la France distingue dans cet ordre les personnes qui se sont signalées par leurs mérites éminents à l’égard de la France et des valeurs qu’elle représente.

Monsieur le Président, permettez-moi, avant de vous remettre vos insignes, de présenter en quelques mots votre parcours et les mérites qui vous valent cette décoration.

Vous êtes né en 1965 à Gdańsk, au sein d’une famille originaire de la région de Vilnius, déplacée après la Seconde Guerre mondiale, et qui s’intégrera dans sa nouvelle ville d’adoption en conservant au cœur le souvenir cher de la petite patrie des confins perdue (utracona kresowa ojczyzna). Vous héritez également de votre famille l’attachement aux traditions polonaises, à la liberté et au devoir de résistance face à l’oppression du régime communiste.

Dans les années 1980, vous distribuez les publications clandestines interdites par la censure et quand en 1984, vous commencez des études de droit à l’Université de Gdańsk, vous participez également à la production et la diffusion de publications contestataires à destination des lycéens et des étudiants.

En mai 1988, lorsque les ouvriers des chantiers navals Lénine se mettent en grève, vous prenez la tête du Comité étudiant qui entame une grève solidaire et occupe les locaux de l’Université. La même année, lors des grèves d’août, vous serez arrêté par le SB.

En mars 1990, dans la nouvelle Pologne débarrassée du communisme, vous vous mettez au service de la jeune démocratie en travaillant w Biurze Poselsko-Senatorskim Obywatelskiego Klubu Parlamentarnego w Gdańsku, où vous assisterez, notamment, le sénateur Lech Kaczyński et le député Jan Krzysztof Bielecki.

Vous devenez également à 25 ans le plus jeune vice-doyen (prorektor) de l’Université de Gdańsk.

Parallèlement, vous vous engagez dans la vie politique locale en étant élu en 1990 Conseiller de la Ville de Gdańsk. Réélu en 1994, vous devenez Président du Conseil municipal.

En 1998 vous êtes à nouveau élu Conseiller et devenez Président de la Ville de Gdańsk, fonction à laquelle vous serez réélu au suffrage direct par vos concitoyens en 2002, 2006 et 2010.

Monsieur le Président de la Ville de Gdańsk, cher Paweł Adamowicz, vous avez toujours eu à cœur dans vos fonctions de mettre en valeur la dimension internationale de votre ville, cette grande ville d’Europe aux mille ans d’histoire.

C’est ainsi que vous avez toujours encouragé les partenariats et la coopération avec la France. Gdańsk a notamment signé un accord de coopération avec la ville de Nice en 1999, dans le cadre de laquelle ont été organisés de nombreux événements culturels, tant en France qu’en Pologne. Votre ville a également noué des projets communs sur l’aménagement des sites portuaires avec la ville française du Havre.

Il y a deux ans, en 2010, vous avez, Monsieur le Président, pleinement et activement soutenu l’organisation des célébrations du 400ème anniversaire de la création du consulat français à Gdańsk, symbole de l’ancienneté des relations entre Gdańsk et la France, relations qui vont en s’affermissant toujours plus encore.

Monsieur le Président, cher Paweł Adamowicz, c’est votre engagement dans le combat pour la liberté et la démocratie, valeurs chères à la France, ainsi que votre dévouement à la cause des relations franco-polonaises qui vous valent aujourd’hui d’être distingué par la France.

Paweł Adamowicz, au nom du président de la République, je vous fais chevalier de la Légion d’Honneur.

Dernière modification : 02/10/2012

Haut de page