Discours à l’occasion de la décoration de M. Adam BODNAR [pl]

Discours à l’occasion de la décoration de M. Adam BODNAR
dans l’Ordre de la Légion d’Honneur

Résidence de France à Varsovie, le 17 septembre 2020

Bonsoir à tous.
Monsieur le Défenseur des droits,
Mesdames et messieurs,

Je suis très heureux de vous saluer et de vous accueillir à la Résidence de France. Malgré l’incertitude liée à la crise sanitaire, j’ai décidé d’organiser cette cérémonie pour honorer une personnalité éminente, Monsieur Adam Bodnar. Dans un instant, je lui remettrai les insignes de l’Ordre national de la Légion d’honneur.

Je me permets de commencer mon discours en rappelant que L’Ordre national de la Légion d’honneur a été institué par Napoléon Bonaparte en 1802. Il récompense en effet les mérites de personnalités ayant œuvré de façon exemplaire au rayonnement de la France et des valeurs qu’elle défend et promeut dans le monde.

Par ailleurs, la France défend l’Etat de droit et les droits de l’homme partout dans le monde. Et c’est pourquoi, elle veut honorer tous ceux qui assument comme leur devoir la protection des principes qui sont au cœur de nos démocraties et de l’Union européenne.

Avant de vous remettre vos insignes, j’évoquerai comme le veut la tradition et le protocole, votre biographie et les raisons qui vous valent d’être ainsi distingué par la France.

**************

Monsieur le Défenseur des droits,

Je ne présenterai pas en détail votre biographie qui est extrêmement riche. J’aimerais me concentrer sur plusieurs aspects.

Vous êtes né en Poméranie occidentale. Vous avez fait des études de droit à l’Université de Varsovie et à l’Université d’Europe Centrale à Budapest. Vous avez poursuivi votre carrière universitaire à l’Université de Varsovie où vous avez obtenu le titre de docteur en droit puis l’habilitation à diriger des recherches et où vous poursuivez vos activités de recherche et d’enseignement.

En parallèle de votre carrière universitaire reconnue, vous exercez d’autres fonctions : vous travaillez entre autres pour la Fondation Helsinki pour les Droits de l’Homme, vous êtes expert de l’Agence des Droits fondamentaux de l’Union européenne et depuis cinq ans, vous exercez cette si exigeante fonction de Défenseur des droits.

Quand vous avez été élu Défenseur des droits, ni vous, ni personne ne s’imaginait les défis auxquels vous seriez confronté durant votre mandat. De nombreux changements institutionnels mis en place en Pologne depuis cette époque n’ont pas laissé les institutions et organismes internationaux indifférents, et notamment la Commission de Venise, la Commission européenne, la Cour de Justice de l’Union européenne ou le Bureau des institutions démocratiques et des droits de l’homme de l’OSCE. En tant que Défenseur des droits à qui la Constitution garantit l’indépendance par rapport des autres organes de l’Etat, vous deviez rappeler et défendre les principes de la séparation des pouvoirs et de l’État de droit.

Les réformes de la justice n’ont pas été le seul objet de votre combat. Vous avez mené vos activités sur tout le spectre des droits de l’homme et du citoyen, par exemple :

  • les mesures exceptionnelles mises en place dans le cadre de la lutte contre la pandémie,
  • la protection des droits de l’enfant,
  • les conditions de détention,
  • l’organisation des élections,
  • l’emplacement des parcs d’éoliennes,
  • la modification des dispositions du code pénal relatives au non-paiement de la pension alimentaire.

Votre volonté, votre détermination et vos compétences vous permettent de relever des défis nombreux et variés et de mener vos actions à terme. Ce large éventail d’activités confirme que la fonction de Défenseur des droits n’est, en aucun cas, une fonction illusoire, mais qu’elle est concrète et pleinement justifiée.

Vos mérites et celles de vos collaborateurs sont d’autant plus grands que vous avez assumé vos missions bien que les ressources budgétaires n’aient pas été proportionnellement accrues et que certains ont mis en doute la qualité du travail effectué. *
Pendant ces années difficiles et en ces temps extrêmement compliqués, vous n’avez jamais perdu ni votre énergie et ni votre confiance et vous avez toujours tout fait pour protéger les droits civiques en dépit de la pression à laquelle votre fonction est largement exposée.

Toutefois, vous pouvez compter sur vos nombreux compatriotes, car si j’en crois le dernier sondage d’opinion réalisé par l’institut CBOS, 49% des personnes interrogées font confiance au Défenseur des droits.

Vous êtes un vrai gardien des droits civiques et des valeurs qui sont les valeurs de l’Union européenne. Vous ne craignez pas d’assumer cette responsabilité. Nous sommes conscients de l’importance de votre rôle. Nous sommes impressionnés par la façon concrète dont vous abordez les problèmes.

En effet, vous avez su établir des contacts directs avec vos concitoyens et vous rapprocher des personnes exclues. Vous êtes vraiment guidé par la volonté de faire des choses concrètes pour la dignité de tous les citoyens.

Chaque année, vous organisez le Congrès des Droits du Citoyen qui joue un rôle essentiel dans l’échange d’expérience et de bonnes pratiques entre diverses organisations. Vous êtes ouvert aux contacts directs, aux discussions, aux rencontres. Vous avez constamment essayé de construire des ponts de compréhension entre les gens, sans exclure personne.

Pour terminer, je voudrais souligner, que votre voix est importante, elle est entendue par vos compatriotes, mais également par toute l’Europe. Votre mandat arrive à sa fin et la France, en vous distinguant souhaite saluer votre engagement en faveur de la liberté et des droits de l’homme et du citoyen.

Adam Bodnar, au nom du Président de la République, nous vous remettons les insignes de chevalier de l’Ordre national de la Légion d’Honneur.

W imieniu Prezydenta Republiki Francuskiej, wręczam Panu insygnia Kawalera Orderu Legii Honorowej.

Dernière modification : 30/09/2020

Haut de page