Dîner CCEF (10 décembre 2019)

Mesdames, Messieurs,

Je suis très heureux de vous accueillir ce soir à la résidence de France et je tiens à vous saluer toutes et tous très chaleureusement à l’occasion de ce premier dîner que j’organise pour les Conseillers du Commerce extérieur de Pologne.

Comme vous le savez, je suis arrivé à Varsovie il y a deux mois, et en tant qu’ambassadeur, je vous le dis d’emblée, je souhaite promouvoir une diplomatie économique de plein exercice en m’impliquant activement dans le soutien aux entreprises. Cela se fera bien entendu en liaison étroite avec Vincent Falcoz, chef du Service Economique Régional, et de Laurence de Touchet, directrice de Business France.

Vous qui êtes des acteurs de la vie économique en Pologne, vous êtes également au cœur de cet effort et de cette stratégie. Vous connaissez mieux que quiconque le tissu économique polonais dans sa diversité et sa spécificité, et vous êtes les meilleurs garants d’une présence économique française dans la durée.

Je constate que la Pologne demeure une destination très attractive pour les entreprises françaises avec une croissance très dynamique. Près de 1100 entreprises françaises sont présentes en Pologne et votre section comprend des représentants de grands groupes, mais aussi d’ETI, de PME voire de TPE. Elles sont représentées dans tous les secteurs : industrie, services, banques, commerce, énergie, agroalimentaire. Mon seul regret est que, sur les 42 membres de votre section, il n’y ait que 8 femmes…On peut donc mieux faire ! Je vous invite donc à signaler au chef du service économique toutes les bonnes candidatures que nous pourrions proposer à Paris.

Nous avons désormais franchi le seuil des
20 milliards d’euros de commerce bilatéral et cette évolution est appelée à se poursuivre : on ne peut toutefois que regretter notre solde déficitaire persistant (autour d’un milliard d’euros). Nos positions de deuxième investisseur et de troisième employeur sont très enviables, même si notre part de marché est encore faible (3,7%, nettement en-dessous de celle de l’Italie à 5,1%). Nous avons donc encore des marges de progression et nous allons y travailler tous ensemble.

Aussi, nous devons aujourd’hui, plus encore qu’hier :
-  mutualiser les expériences des uns et des autres, permettre aux nouvelles entreprises de bénéficier des conseils et des recommandations de celles qui sont en Pologne depuis plusieurs années ;
-  comprendre le marché polonais, éviter les pièges et les chausse-trappes, échanger sur les bonnes pratiques.

Tout cela est essentiel et nous allons devoir intensifier nos efforts.
Pour surmonter ce problème commercial, qui n’est pas propre à la Pologne comme vous le savez peut-être, les autorités françaises ont réformé leur dispositif à l’export avec la Team France Export, qui se traduit notamment dans les régions françaises par une offre commune des services des CCI, de Business France et de BPI France. Ces efforts commencent à payer car le nombre d’entreprises exportatrices en France est en augmentation et dépasse les 125 000, soit le niveau le plus élevé depuis 2003. Il reste que nous devons faire des efforts sur la Pologne pour renforcer nos exportations vers ce marché.

Dans l’agenda positif que je souhaite développer en Pologne, le succès des entreprises françaises représente pour moi une priorité. J’ambitionne en effet de mettre en place une stratégie économique offensive et proactive : je compte sur vous, car nous ne réussirons qu’ensemble. Je serai à vos côtés un promoteur infatigable de la « marque France » et vous pouvez compter sur moi et mes équipes. Cette résidence, comme l’Ambassade, est aussi la maison des entreprises françaises – et vous serez toujours les bienvenus !

La stratégie que je souhaite mettre en œuvre, et à laquelle je souhaite vous associer, va s’articuler autour de quatre axes :
Tout d’abord, elle consistera à vous impliquer dans le nouveau partenariat stratégique avec la Pologne. Après les dernières années de grande fraîcheur, pour des raisons diverses et sur lesquelles je ne reviendrai pas ce soir, ma mission est de tourner la page et de renouer un véritable partenariat stratégique avec la Pologne. Il s’agit ensemble de relever les grands défis du 21e siècle : révolution et transition énergétique, révolution numérique, économie circulaire, électromobilité. Dans tous ces domaines, toutes vos contributions et vos réflexions de partage d’expérience sectorielle ou géographique seront les bienvenus pour aider nos entreprises à aborder la Pologne et à gagner des parts de marché !

Un nouveau document de partenariat stratégique sera négocié prochainement avec les autorités polonaises dans la perspective de la venue du Président en Pologne
Second axe : je souhaite établir des réunions régulières, un échange régulier avec vous, que ce soit dans le cadre que nous avons ce soir ou dans d’autres enceintes. Je souhaite que nous échangions régulièrement ; tout d’abord pour mieux se connaître, et ensuite pour constituer véritablement une « équipe de France », une équipe qui gagne, c’est-à-dire qui marque des buts, en prenant des parts de marché. J’ai commencé, à l’occasion de mes déplacements en région, à associer les entreprises françaises, qui le souhaitent, via la chambre de commerce et d’industrie. La première édition de cette nouvelle formule, la semaine dernière à Cracovie, a été un succès et je compte l’amplifier à l’occasion de mes autres déplacements dans les prochains mois.

Troisième axe : la mise en place de groupes thématiques (formels ou informels) de travail sur des sujets qui, pour la Pologne, comme pour la France, sont primordiaux : je pense à l’énergie par exemple, mais aussi les nouvelles technologies, le numérique. Des propositions vous seront faites très rapidement sur l’énergie par le chef du SER, Vincent Falcoz, afin de voir comment vous associer à notre réflexion sur cette problématique.

Enfin, 4e et dernier point pour vous solliciter afin de soutenir nos jeunes à l’export. Comme vous le savez, la mission des CCE est d’encourager les jeunes Françaises et Français à l’international, de stimuler leur intérêt pour les métiers de l’international au sein des entreprises françaises. C’est la raison d’être du dispositif des VIE. Or, je comprends, d’après les informations qui m’ont été communiquées, que le nombre de jeunes VIE actuellement en poste en Pologne n’est que de 52 pour 38 entreprises « utilisatrices », ce qui est peu au regard des 1100 entreprises présentes en Pologne et en comparaison d’autres pays voisins (plus de 90 en République tchèque). Je forme donc le souhait que la section des CCEF de Pologne puisse s’atteler à déployer en 2020, avec Business France, une stratégie de promotion volontariste pour attirer plus d’entreprises et de jeunes diplômés autour de la formule du VIE, au bénéfice de l’internationalisation de nos entreprises et de la formation des jeunes.

Comme vous le savez, le potentiel de développement de nos relations bilatérales est considérable. Je suis venu en Pologne avec un agenda positif, afin de remettre en route nos relations qui ont beaucoup souffert ces dernières années. Les présidents Andrzej Duda et Emmanuel Macron ont eu à Londres la semaine dernière un entretien bilatéral important en marge du Sommet de l’OTAN. C’est un premier pas vers un nouveau départ. D’autres initiatives politiques vont suivre dans les prochains mois au niveau ministériel avec en janvier la rencontre à Lens en France des ministres français, allemand et polonais en charge des questions européennes.
Le Président de la République viendra en Pologne en 2020, selon toute vraisemblance au cours du 1er semestre pour évoquer et mettre en œuvre cette stratégie ambitieuse de relance.

Il convient de remettre nos relations à la hauteur de notre histoire, car cette histoire nous oblige et nous incite à aller de l’avant dans une Europe que nous voulons plus forte et plus souveraine et dans laquelle la France avec la Pologne sont appelées à jouer un rôle majeur.

J’aurai grandement besoin de votre engagement à mes côtés et aux côtés de mes équipes de l’ambassade, car ce n’est qu’avec cette stratégie inclusive, celle de l’Equipe de France, que nous serons performants et convaincants vis-à-vis de nos partenaires polonais.

Je sais que je peux compter sur vous et vous en remercie, d’ores et déjà.
D’ici là, je tiens à vous souhaiter de très bonnes fêtes de Noël avec vos familles en Pologne ou en France et vous retrouverai avec grand plaisir début 2020 pour écrire une nouvelle page de la relation entre nos de nos pays.

Je vous remercie de votre attention et vous souhaite une excellente soirée.

Dernière modification : 12/12/2019

Haut de page