Décoration de Mme Barbara Nowacka dans l’Ordre national du Mérite [pl]

Discours de l’ambassadeur à l’occasion de la décoration
de Mme Barbara Nowacka dans l’Ordre national du Mérite

Résidence de France, le 1er octobre 2020

Madame la Députée,
Mesdames et Messieurs,

Je suis très heureux de vous accueillir à la Résidence de France. Nous nous sommes rassemblés ici ce soir pour rendre hommage à la députée Barbara Nowacka. Dans un instant, je lui remettrai les insignes de l’Ordre national du Mérite.

Je voudrais rappeler que cette distinction a été instituée par le président Charles de Gaulle il y a 57 ans pour récompenser les mérites dans le domaine de l’engagement social et des activités menées avec courage et dévouement.

Le gouvernement français a décidé de distinguer Barbara Nowacka pour son engagement social en faveur de l’égalité hommes-femmes, notamment en faveur des droits des femmes, et des relations avec la France.
Et comme le veut le protocole, avant de vous remettre les insignes, permettez-moi de retracer en quelques mots votre parcours et les mérites qui vous ont valu d’être ainsi distinguée.

Madame la Députée,

Vous êtes née à Varsovie, informaticienne de formation et diplômée de l’Institut polono-japonais des technologies de l’information, de l’Université de Varsovie et de l’Institut Français de Gestion, où vous avez obtenu le MBA.

Etudiante, vous vous engagez dans des activités politiques et sociales. Vous poursuivez la tradition familiale initiée par votre mère Izabela Jaruga-Nowacka, ancienne vice-Premier ministre et ministre de la Politique sociale qui était à la tête de la Ligue des Femmes polonaises. C’était elle qui, de façon tout à fait naturelle, vous a montré ce chemin et vous a encouragé à vous intéresser à la politique.

Vous devenez un visage reconnu des actions progressistes et pro-européennes. Par ailleurs, vous vous engagez en faveur de l’égalité hommes-femmes et en faveur des droits des femmes. Vous avez commencé votre activité sociale en travaillant pour le Téléphone de la Confiance pour les femmes, qui a été mis en place par la Fédération des Femmes et du Planning familial. Vous adhérez ensuite à la Fédération des Jeunes de l’Union du Travail et ensuite à la Fédération du Travail.

Je voudrais rappeler qu’il y a trois ans, vous avez été honorée par le prix français Simone de Beauvoir. C’est une distinction décernée aux personnes qui se sont illustrées par leur promotion de la liberté des femmes dans le monde, à l’image de la philosophe et romancière française, fortement engagée pour cette cause. Ce prix vous a été décerné ainsi qu’au Comité « Sauvons les femmes » pour votre action en faveur de la protection des droits des femmes en Pologne.

Au sein de la Fédération des Femmes et du Planning familial, de même qu’au comité « Sauvons les femmes », vous agissez pour protéger les droits acquis et lutter pour une plus grande libéralisation dans le domaine social. Je pense à l’introduction de l’éducation sexuelle, à des actions en faveur des droits reproductifs et à la revendication de l’égalité totale.

Nous savons bien que les sujets liés aux droits des femmes constituent un défi permanent à l’échelle mondiale et qu’en Pologne, ces dernières années, les débats autour de cette question sont très vifs. Il y a trois ans, le comité « Sauvons les femmes » a soumis à la Diète un projet de loi citoyen pour libéraliser l’avortement. Vous avez réussi à mobiliser des centaines de milliers de Polonais et de Polonaises.

Par ailleurs, à ce moment-là, vous avez décidé de revenir en politique et de briguer un mandat de député. Il y a un an, vous avez été élue à la Diète où vous continuez votre engagement.

Votre attitude constitue un exemple, car vous vous distinguez par votre courage dans une action spécifique et dans une lutte pragmatique pour les droits des femmes. Vous êtes proche des gens et de leurs préoccupations.
Pour terminer, je voudrais mettre l’accent sur vos liens avec la France. Vous avez été honorée par le prix français Simone de Beauvoir, comme je l’ai déjà mentionné, mais vous êtes aussi diplômée de l’Institut français de Gestion. Cet établissement, créé il y a trente ans par la Fondation France-Pologne, a forgé de nombreux futurs hauts fonctionnaires qui ont joué un rôle essentiel dans la transformation politique en Pologne. Je suis heureux que vous fassiez partie des anciens élèves de cet Institut.
Vous maîtrisez parfaitement la langue française, ce dont je vous félicite.

En d’autres termes, on peut dire que vous agissez de façon exemplaire en promouvant les valeurs que la France défend et promeut dans le monde.
Je profite encore de l’occasion pour féliciter la famille de Madame Barbara Nowacka, et notamment son compagnon et ses enfants : ils ont tous contribué à cette distinction honorifique.

Barbara Nowacka, au nom du Président de la République, nous vous remettons les insignes de chevalier de l’ordre national du Mérite.

Dernière modification : 02/10/2020

Haut de page