Cérémonie du 19 Juin à la Résidence [pl]

Mesdames et Messieurs les ministres,
Messieurs les Ambassadeurs,
Messieurs les officiers,
Chers anciens,
Chers compatriotes,
Chers lycéens et chers élèves,
Mesdames et messieurs,

Nous venons de passer ensemble une belle journée, d’abord au cimetière millitaire, puis au pied de la statue du Géneral, et maintenant nous nous retrouvons ici, dans une ambiance amicale, au soleil En premier lieu, j’adresse mes remerciements les plus chaleureux aux associations, sans lesquelles l’organisation de cette cérémonie n’aurait pas été possible.
J’exprime également ma gratitude aux représentants du corps diplomatique qui, par leur présence et leur amitié constantes, sont à nos côtés pour saluer cet événement historique.
Je salue chaleureusement nos anciens combattants, pour leur énergie et leur engagement que nous honorons ensemble année après année.
C’est aussi le moment de féliciter les élèves du lycée français de Varsovie et du 44ème lycée général Antoni Dobiszewski, qui ont si bien su faire résonner les paroles du Général de Gaulle. Votre présence ici incarne la vivacité et l’avenir des relations profondes entre la France et la Pologne.
Il y a beaucoup à méditer sur cette journée. Je ne ferai que poser quelques questions afin d’alimenter les réflexions. D’abord qu’est ce qui fait que le 18 juin est devenu le 18 juin ? Peu de gens pouvaient en pressentir à l’époque sa portée. Elisabeth de Miribel, secrétaire du Général qui a tapé l’appel du 18 juin avait l’obscur pressentiment de participer à un événement exceptionnel Comment ce symbole s’est-il formé ? Qui connaissait ce général deux étoiles à cette époque ? Il y a aussi la personne d’un individu, militaire, au profil classique qui se place, à un moment donné, moment de rupture, se révolte refuse de s’incliner devant les circonstances et la fatalité de l’étrange défaite pour reprendre le titre de l’ouvrage de Marc Bloch, grand historien juif, membre de la Résistance, executé par le Gestapo, le 16 juin 1944, et qui est l’un de mes héros.
Il y a, je le redis en regardant nos jeunes, beaucoup à réfléchir.
Et puis, il y a la figure du Général et son histoire avec la Pologne, les liens dont a parlé Mme Anna Maria Anders ce matin Au lendemain de la Première guerre mondiale, il a montré son attachement à la renaissance et à l’indépendance de la Pologne. Quelques décennies plus tard, il y revenait en 1967, cette fois en tant que Président de la République française avec la volonté de rappeler la force de la permanence des nations, malgré le fardeau qui prévalait alors des contraintes oppressantes de la Guerre froide et du communisme, et d’essayer d’en desserrer l’étau. Il le faisait aussi en hommage à l’amitié franco-polonaise.
L’appel du 18 juin dont le texte nous avons pu réécouter tout à l’heure est un exemple admirable de la force de l’inteligence, de l’analyse, nous dirions aujourd’hui de l’analyse géostratégique, la démonstration que la victoire est possible grâce à la force de volonté, à la confiance en l’avenir de la Frence et du monde entier.
Que cette histoire nous aide à dissiper les complexités du temps présent, et nous donne toute la force d’agir ensemble pour notre avenir commun dans l’Union européenne, l’avenir de la France et de la Pologne

Dans cet esprit, je vais procéder maintenant à la distinction de deux personnalités parmi nous. Il s’agit d’une remise des insignes dans l’Ordre national du Mérite.
L’Ordre national du Mérite a été institué par le président Charles de Gaulle en 1963 pour récompenser les mérites rendus à la nation française.

***

Grażyna Orzelska,

Œuvrant au profit du Souvenir français depuis 2009, vous avez rejoint l’Association des Anciens combattants de Rhin et Danube comme secrétaire. Gravissant l’échelle des responsabilités, vous avez fait preuve d’un engagement constant.
Nouant des contacts efficaces avec les autorités polonaises et différents responsables du monde associatif, vous avez grandement facilité la réalisation de nombreuses actions et manifestations au profit du monde combattant.
De la même manière, votre action déterminée a permis à notre ambassade de trouver un relais efficace dans le montage et la conduite de projets mémoriels.
Vous impliquant toujours davantage aux côtés des anciens combattants, vous exercez depuis 2015 les fonctions d’adjointe au délégué général du souvenir français pour la Pologne.
Jouant souvent le rôle de facilitateur avec les autorités locales lors de l’organisation des cérémonies commémoratives, vous êtes devenue un élément incontournable dans l’action mémorielle.

Grażyna Orzelska, au nom du Président de la République, nous vous remettons les insignes de chevalier de l’Ordre national du Mérite.

***

Tomasz Pawelczak,

Fils de Florian Pawelczak, soldat de la Première Armée Française du 2ème groupe polonais tactique d’infanterie, vous avez repris le flambeau de votre père au sein de l’association des anciens combattants après son décès en 2007.

Rapidement remarqué pour votre implication au sein de l’association, vous en devenez vice-président en 2011. Très dynamique, vous contribuez à l’organisation et participez à l’ensemble des cérémonies et projets de l’association.
Cultivant en Pologne la mémoire des soldats français décédés, vous organisez les cérémonies sur le carré français du cimetière de Powązki et gèrez le maintien en état du carré « Rhin et Danube ». Vous étiez en première ligne pour la rénovation de ce carré. Vous avez conçu et préparé le projet préliminaire en liaison avec la mission de Défense, pour la réalisation de la plaque gravée dans la pierre et géré le dialogue avec le maître d’œuvre pour exécuter la tâche.
Vous avez aussi organisé un voyage d’une quarantaine d’anciens combattants à Colmar en 2010. Soucieux d’entretenir le lien entre les vétérans et les jeunes générations, vous avez organisé des rencontres à Colmar en 2010 et à nouveau en 2015, mettant à l’honneur Jan Skowron, membre éminent de l’association, pour ses faits de guerre.
Vous effectuez tout ce travail pour l’Association bénévolement, avec comme seul objectif de maintenir vivante la mémoire des anciens combattants.

Tomasz Pawelczak, au nom du Président de la République, nous vous remettons les insignes de chevalier de l’Ordre national du Mérite.

Dernière modification : 20/06/2017

Haut de page