Cérémonie du 11 novembre à Varsovie (Cimetière Powązki, le 11 novembre 2017)

Cérémonie du 11 novembre à Varsovie
(Cimetière Powązki, le 11 novembre 2017)

Panowie Posłowie, Panowie Senatorowie,
Panowie Ambasadorowie,
Panie Admirale,
Panowie Oficerowie,
Chers Anciens,
Monsieur le Proviseur, Monsieur le Directeur,
Chers élèves,
Chers amis

Na początku chcę podziękować polskim żołnierzom z Garnizonu Warszawa za ich udział w tej uroczystości.

Je remercie tout d’abord les militaires polonais de la garnison de Varsovie qui contribuent par l’excellence de leur implication à la solennité de cette cérémonie.

Je salue aussi tous ceux qui témoignent par leur présence aujourd’hui leur attachement à la commémoration du 11 novembre 1918 et aux liens si anciens entre la France et la Pologne ; tout particulièrement vous, chers jeunes, élèves du lycée français de Varsovie. Il est précieux de vous avoir à nos côtés.

99 years ago, at 11 in the morning, a bugle sounded to signal the end of the First World War. After 50 months of armed conflict, 18 million deaths, Europe took a breath after this terrible killing.

Il y a 99 ans, à 11 heures du matin, le clairon retentissait et mettait fin à la Première Guerre mondiale. Après 50 mois de conflit et 18 millions de morts, l’Europe reprenait son souffle après cette effroyable tuerie.

The time to heal wounds – physical, material or moral wounds – began in the cities and countryside. Gone was this Great War which was quickly called the “war to end all wars”, not knowing that, unfortunately, this wish would be a big illusion.

Dans les villes et les campagnes, commençait le temps de panser les blessures, qu’elles fussent physiques, matériels ou morales. C’en était fini de cette Grande guerre qu’on nommera rapidement la « der des der » sans savoir, hélas, que ce souhait serait une grande illusion.

The spiral of war, as devastating as merciless, did not spare anybody. The society was wholly trapped in what became the trauma of a generation.

L’engrenage de la guerre, aussi ravageur qu’impitoyable, n’épargna personne. La société fut totalement happée par ce qui deviendra le traumatisme d’une génération.

Badly bled by this conflict, France lost more than a one and a half million of its children, so that – during these four long years and long after – every French family was mourning.

Cruellement saignée par ce conflit, la France perdit plus d’un million et demi de ses fils, si bien que, durant ces quatre longues années et bien après, le deuil était présent dans chaque famille française.

Polska, wciągnięta w wojnę pomiędzy jej okupantami, poniosła także wielkie straty. Ale dla Polaków, którzy utracili wcześniej swe państwo na ponad sto dwadzieścia lat, jedenasty listopada był nie tylko dniem przywrócenia pokoju. Był dniem odzyskania wolności i niepodległości.

La Pologne, entrainée dans une guerre qui n’était pas tant la sienne que celle de ses occupants, paya, elle aussi, un lourd tribut en vies humaines. Mais pour les Polonais, ce 11 novembre 1918 n’aura pas été seulement un retour à la paix. Ce fut le triomphe de l’indépendance et de la liberté retrouvées pour ce peuple qui, bien que privé d’Etat pendant plus de 123 ans, a su rester une nation.

La France se souvient avec reconnaissance et admiration des unités de volontaires polonais qui, dès 1914, rejoignirent les régiments français. Il y a 100 ans, Raymond Poincaré signait le décret de création de l’armée Haller, dite Armée bleue, polonaise et combattant à nos côtés. Après l’armistice, celle-ci partit rejoindre la Pologne, car la guerre continua dans cette partie de l’Europe.

Commémorer, c’est regarder le passé pour honorer la mémoire de nos aînés, de tous ceux qui ont donné leur jeunesse et leur sang pour leur patrie, garder à l’esprit l’histoire de notre Europe, des terrifiantes épreuves qu’elle a traversé et toujours su surmonter.

Commémorer, c’est regarder devant nous en puisant dans cette tragédie toute l’énergie pour ne pas reproduire l’engrenage fatal des nationalismes et continuer à construire ensemble notre avenir commun.

L’Europe entière a sombré dans la grande guerre, mais celle-ci a aussi donné naissance à la lente et patiente construction d’un idéal de concorde durable. C’est cet idéal qui nous rassemble aujourd’hui et que je veux transmettre ici aux jeunes générations, représentées par ces élèves polonais et français, celui d’une Europe en paix, prospère, unie et respectée.

- Vive la Pologne ;
- Vive la France ;
- Vive l’Europe unie et libre.

Dernière modification : 13/11/2017

Haut de page