Cérémonie du 11 novembre 2019, Cimetière Powązki Wojskowe, Varsovie

Mesdames et Messieurs les Parlementaires
Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs,
Messieurs les Officiers,
Chers Anciens,
Monsieur le Proviseur,
Chers Elèves,
Chers Compatriotes, Chers Amis,

En ce jour de l’Armistice, nous sommes réunis ici pour nous souvenir. La Première Guerre Mondiale, qui fit près de 20 millions de victimes, sans oublier les blessés et les invalides, fut une véritable tragédie humaine. Elle toucha chaque famille des belligérants et jamais le monde n’avait connu de guerre plus meurtrière. Que de générations sacrifiées !

Notre devoir est de nous incliner devant la mémoire de ces morts ! Prenons le temps de lire les noms qui figurent sur les monuments aux morts pour se souvenir et ne pas oublier !

Aujourd’hui cette journée du 11 novembre est une journée de souvenir et d’hommage.

Dans cet hommage, la France n’oublie pas également les unités de volontaires polonais qui vinrent se battre aux côtés des Français dès le début de la guerre et la France sait ce qu’elle leur doit : leur mémoire nous oblige.

A cours de la Première Guerre mondiale en 1917, Raymond Poincaré signa le Décret de la création de l’armée polonaise Haller, dite Armée Bleue. Cette armée allait constituer une année plus tard le noyau de la nouvelle armée polonaise soutenue par une importante mission militaire française déployée en Pologne.

Nous savons très bien, nous Européens, avec quelle force les guerres et les totalitarismes peuvent emporter et détruire les démocraties et bouleverser l’ordre international.

Nous savons aussi que l’Europe unie et bâtie autour de la réconciliation franco-allemande est un bien fragile qu’il nous faut préserver, protéger et entretenir, car, elle seule, nous permettra de relever les défis du 21e siècle, qui se posent à nous Européens.

Szanowni Państwo,
Panie Generale,
Panowie Oficerowie,
Drodzy Kombatanci, Drodzy Przyjaciele,

Francja jest bardzo wdzięczna polskim żołnierzom i nosi w sercu pamięć o ich bohaterskich czynach. Polska może być dumna z tych żołnierzy, którzy oddali życie, byśmy mogli żyć w pokoju.

Nasze więzi nie zostaną nigdy zerwane, ponieważ nasza niezmienna pamięć o wszystkich polskich żołnierzach będzie trwała wiecznie. Winni jesteśmy im wszystkim pamięć !

Obchody tego rozejmu sprzed stu lat przypominają nam, że choć Pierwsza Wojna Światowa miała być tą ostatnią, Europa musiała jednak potem przechodzić przez kilka innych prób. Europa jest naszym wspólnym dobrem, które winniśmy bronić i rozwijać. Tylko ona pozwoli nam sprostać wyzwaniom dwudziestego pierwszego wieku.

Pour terminer, je voudrais m’adresser à vous, chers élèves français et chers élèves polonais, et à toute votre génération à qui il appartiendra, le moment venu, de faire vivre cet idéal d’une Europe en paix et uni. Sachons préserver et aimer la paix, sachons aimer l’Europe, cette Europe qui nous rappelle les valeurs que nous partageons et les tragédies que nous avons vécues.

Pour que vive la Pologne, Niech żyje Polska,
Pour que vive la France, Niech żyje Francja,
Pour que vive l’Europe unie et libre.
Niech żyje zjednoczona i wolna Europa.

Dernière modification : 13/11/2019

Haut de page