Anniversaire d’Irène Joliot-Curie (née le 12 septembre 1897) : une scientifique au service des droits des femmes [pl]

Qui est Irène Joliot-Curie ?

Anniversaire d’Irène Joliot-Curie (12 septembre 1897) : une scientifique au service des droits des femmes

JPEG

Chimiste, physicienne et femme politique française, Irène Joliot-Curie est la fille des physiciens Pierre et Marie Curie. Elle obtient le Prix Nobel de chimie en 1935. En 1936, elle devient membre du gouvernement et fait ainsi partie du groupe des trois premières femmes à siéger dans un gouvernement français. Durant toute sa vie, Irène Joliot-Curie a œuvré pour donner aux jeunes, et en particulier aux jeunes filles, toute leur place dans la recherche et les carrières scientifiques.

Née à Paris 1897, Irène Joliot-Curie obtient le baccalauréat en 1914, puis, en 1918 devient l’assistante de sa mère, Marie Curie, à L’institut l’Institut du Radium à Paris. C’est à cette période qu’elle rencontre Frédéric Joliot, physicien et chimiste, qu’elle épouse en 1926.

Le couple Joliot-Curie se spécialise en physique nucléaire. En 1935, ils reçoivent le prix Nobel de chimie pour leur découverte de la radioactivité artificielle. Leurs recherches sur l’action des neutrons sur les éléments lourds sont un pas important vers la découverte de la fission nucléaire.

JPEG

En 1936, Irène Joliot-Curie est membre du gouvernement du Front populaire en tant que sous secrétaire d’Etat à la recherche scientifique : elle fait ainsi partie du groupe des trois premières femmes à siéger dans un gouvernement français. Elle participe aussi à la création du Commissariat à l’énergie atomique où elle occupe la fonction de commissaire durant six ans.

En 1937, elle devient maître de conférence, en remplacement de son mari nommé au Collège de France, puis professeur sans chaire à la Faculté des sciences de Paris.

En 1939 elle reçoit le prix honorifique d’officier de la Légion d’honneur.

En 1946, elle devient directrice de l’Institut du Radium. Elle participe aussi à la création du commissariat à l’énergie atomique où elle occupe la fonction de commissaire durant six ans.

Elle meurt le 17 mars 1956 à Paris d’une leucémie, maladie résultant d’une surexposition aux rayonnements radioactifs.

Durant toute sa vie, Irène Joliot-Curie a œuvré pour donner aux jeunes, et en particulier aux jeunes filles, toute leur place dans la recherche et les carrières scientifiques, par le biais notamment d’émissions de radio. Elle déclarait en 1938 : "Sans l’amour de la recherche, le savoir et l’intelligence ne peuvent vraiment faire un savant".

Dernière modification : 11/09/2020

Haut de page